English
 
Oka

Dans la même famille que le Cantonnier, le Munster, le Noyan, le Saint-Paulin et le Tomme, le fromage d'Oka naquit vers 1881 au Québec à La Trappe d'Oka.

Dans ce grand monastère de la région des Deux-Montagnes, les moines se mirent à la tradition fromagère pour apporter des revenus et leur produit devint rapidement un des fleurons de la gastronomie québécoise. En 1886, chez l'épicier Grenier rue St-Jean à Québec, toute la bourgeoisie vient y chercher son fromage canadien (cheddar) et son Oka au même titre que le roquefort qui se cotoient sur le plateau. Seuls le gruyère et le parmesan sont utilisés dans la cuisine. Vers 1975, la fabrication du fromage d'Oka passe à une entreprise commerciale afin de diffuser plus largement cette meule rousse.

Fiche descriptive Produit
lait de vache entier

Description

Croûte lisse de couleur rouge cuivre, plus ou moins collante selon la maturation du fromage; pâte lisse parsemée de quelques ouvertures, à peine souple, de couleur crème pâle, fondante; odeur relevée, s'accentuant avec le temps, de noix fraîches et d'arachides; saveurs douces mais franches de noix et de pommes.

Valeur nutritive au 100 g

  • Humidité: 46%
  • Matières grasses: 26-40%

Consommation

Fromage de fin de repas et de dégustation, il plaira à ceux qui recherchent une franche robustesse en bouche sans qu'elle soit trop corsée.

Pour le découvrir et l'apprécier à sa juste valeur, rien ne vaut un accompagnement très simple de pain et de fruits.

On l'utilise aussi en cuisine, très bon liant pour les sauces.

Se conserve jusqu'à six mois dans de bonnes conditions.

 
Recherche
Rechercher dans le site
Trouver
 
Recherche avancée >
Inscrivez-vous gratuitement et recevez notre infolettre offcielle
S'inscrire
 
Inscrivez vous à notre flux RSS:
Recevez des mises à jour automatiques dans votre lecteur de nouvelles.
 
S'inscrire