English
 
Le homard gaspésien est le plus certifié et recommandé au monde
Le homard gaspésien est le plus certifié et recommandé au monde

Cuisine de la Gaspésie

Tout sur le homard > Arborant fièrement son médaillon depuis déjà 7 ans, le homard gaspésien est le plus certifié et recommandé au monde
C'est un homard pratiquement parfait!

Le homard gaspésien version 2018 est pratiquement parfait et c’est le Marine Stewardship Council (MSC) qui, par son écocertification, le confirme. Seulement 252 groupes de pêcheurs à travers le monde ont cette écocertification. Et de la pêche, toutes ressources confondues, il y en a tout le tour de la planète.

C'est le seul homard au monde qui soit à la fois traçable de l’assiette au pêcheur en plus d’être certifié par le MSC et recommandé par Ocean Wise, le seul qui réponde aux nombreux critères sévères de pêche durable et écoresponsable et qui porte un médaillon permettant de retracer le pêcheur qui l’a capturé.

68 jours de pêche... 68 jours de bonheur gourmand!
Le homard gaspésien est le plus certifié et recommandé au monde 1

La pêche a débuté le 28 avril. Malgré un temps frisquet, plus de 400 pêcheurs sur 160 bateaux ont pris la mer à 3 h 30 samedi matin pour aller jeter leurs nasses (cages à homard).  Pendant les 68 jours, durée autorisée de la pêche, des millions de homards (1) seront capturés suivant les règles de la pêche responsable.

On sait déjà que le homard pêché par les pêcheurs membres du Regroupement des pêcheurs professionnels du sud de la Gaspésie (RPPSG) est plus savoureux parce qu’il vient des fonds rocailleux et des eaux froides et limpides du nord du golfe du Saint-Laurent. Le homard gaspésien mue une seule fois par année (fin d’été) ce qui fait qu’au moment de la pêche il a la carapace dure et pleine de chair blanche, ferme, tendre et savoureuse. Pesant plus d’une livre / 1/2 kilo, il fait la joie des gastronomes. Et on se réjouit de savoir qu’il y en aura longtemps, car on les protège, on les élève et on les ensemence. Il reste donc aux consommateurs la responsabilité de bien le cuire et de bien l’apprêter pour qu’il soit absolument parfait!

Trouvez l'origine de votre homard
Le homard gaspésien est le plus certifié et recommandé au monde 2

Remontez jusqu'à sa pêche comme si vous y étiez
Le médaillon rond d’identification du homard gaspésien porte la mention « certifié » et il est installé avec l’élastique traditionnel, ce qui facilite le travail des pêcheurs qui le place sur les pinces alors qu’ils sont sur leur bateau. En entrant le numéro inscrit sur le médaillon sur le site www.monhomard.ca, chaque consommateur peut visionner une vidéo montrant “leur pêcheur” en pleine action et en apprendre davantage sur lui, sa zone de pêche, son bateau, etc. Ceci rapproche le consommateur du pêcheur et rend l’expérience de consommation encore plus authentique.
 

Bien cuisiner
Le homard gaspésien est le plus certifié et recommandé au monde 3

Pour la cuisson conventionnelle du homard bouilli : le salage de l'eau, la cuisson et le refroidissement après la cuisson sont des facteurs de réussite très importants. Un homard doit cuire environ 15 (mâle) à 18 minutes (femelle) par livre / 454 g. Eh oui! Le temps de cuisson diffère selon le sexe de l'animal. Pour vous assurer d'une cuisson parfaite, un petit truc : tirez sur une antenne. Si elle se détache facilement, le homard est cuit. Il doit ensuite être immédiatement immergé dans de l’eau glacée et salée (30 g sel/1 litre d’eau) durant cinq minutes sinon il continue à cuire et devient plus caoutchouteux et sec que tendre et goûteux. Trop souvent oubliée, l’étape du refroidissement augmentera le plaisir des consommateurs.

Pour les personnes qui préfèrent cuire leur homard à l'eau de mer... donc une eau salée, on évitera par conséquent d'ajouter du sel dans le bain d'eau glacée.

Réservez votre homard. Tout le monde en pince pour le roi des crustacés.

En savoir plus
Le homard gaspésien est le plus certifié et recommandé au monde 4

Selon des observations scientifiques, les changements climatiques semblent amener les populations de homards à se déplacer vers le nord, des États-Unis jusque chez nous. « C’est grâce à la dispersion des larves par les courants marins que les homards arrivent en grand nombre dans nos régions plus nordiques, souligne Jean Côté, directeur scientifique du RPPSG. Auparavant les eaux étaient trop froides pour qu’elles survivent, mais maintenant les eaux plus chaudes permettent une bonne survie de ces larves jusqu’à ce qu’elles se déposent sur nos fonds marins. »


Rappelons le rachat de 48 permis de pêche et la réduction du nombre de casiers par pêcheur (de 250 à 235) pour diminuer la pression sur la ressource ; la saison de pêche écourtée de 70 à 68 jours ; l’établissement de tailles minimale et maximale des homards conservés pour permettre aux juvéniles de grandir et protéger les géniteurs (2) ; ou encore l’ « élevage » de bébés homards dont plus de 440 000 ont été mis à l’eau depuis 2010. « Toutes ces mesures ont réduit l’effort de pêche de 30%, protégeant d’autant la ressource. Elles font en sorte qu’il y a beaucoup de beaux et bons homards sur les tables du Québec, mentionne O’Neil Cloutier, et qu’il y en aura encore longtemps. »

 

Papa Côté
Le homard gaspésien est le plus certifié et recommandé au monde 5

On a appris que c'est Jean Côté, biologiste et directeur scientifique du Regroupement des pêcheurs professionnels du Sud de la Gaspésie qui est l'heureux papa des 440 000 homards élevés en écloserie et mis à l’eau depuis 8 ans, de quoi assurer la relève de ce produit d’exception, qu’on déguste avec bonheur à chaque printemps.

 

Le homard gaspésien est le plus certifié et recommandé au monde 6

Adorable, Jean nous explique que le petit homard peut se tenir aisément sur le bout d'un doigt au temps de l'ensemencement. Sur la photo, nous voyons des petits homards dans les alvéoles d’un plateau d’élevage du système de pouponnière Aquahive. Celui au centre de l’image vient tout juste de muer puisqu’on voit son ancienne carapace, bleutée, qu’on appelle exuvie.

Et voilà! Pêchez jusqu'à la gourmandise. Jean veille sur les générations à venir.

 
..........

(1) La saison de pêche au homard 2017 a été historique en Gaspésie, une 6e année consécutive de hausse pour les débarquements avec un total de 2 484 tonnes, soit près de 4,4 millions de homards capturés.

(2) La taille minimale de capture est passée de 82 mm à 82,55 mm et la taille maximale diminuée à 150 mm (la taille du homard est celle du céphalothorax, du creux de l’œil à la fin de la carapace thoracique et non pas du bout de la queue au bout du nez. Ça peut sembler de bien petites différences, mais cela permettra de remettre en mer environ 225,000 homards qui auraient été capturés sans cela. Ils auront la possibilité de grandir une année supplémentaire, participant au maintien en santé du stock et en lui conférant une plus grande résilience face à l'effort de pêche et tout autre événement qui affecterait la population de homard.

 

Recherche
Rechercher dans le site
Trouver
 
Recherche avancée >
Inscrivez-vous gratuitement et recevez notre infolettre offcielle
S'inscrire
 
Inscrivez vous à notre flux RSS:
Recevez des mises à jour automatiques dans votre lecteur de nouvelles.
 
S'inscrire