English
 
Noël en Norvège
Noël en Norvège

Saveurs de Norvège

Noël en Norvège

Noël est synonyme de traditions, de cérémonies et de réjouissances, teintée de quelques superstitions restées au fond de l'âme.

La maison a été frottée de la cave au grenier puis on a fendu le bois pour que le feu ronronne au moins 3 jours durant à partir du réveillon. Le sapin est dressé.

À la campagne, en cette nuit mémorable chacun se rend à la grange avec un gros bol de porridge pour nourir le "nisse", le gnome protecteur de la ferme. Si les adultes sourient à cette superstition, les enfants s'en donnent à coeur joie. Des gerbes d'avoine sont attachées à de longs bâtons fichés en terre pour nourir les oiseaux. Chaque animal, chaque oiseau dit-on doit avoir sa "ration" de Noël. Ailleurs, on va placer le bol de porridge sur un tertre car il est dit aussi que "nisse" a nettoyé la terre pour que les gens puissent s'établir et que son corps repose sous un des monticules qui entoure la maison.

Si l'on veut poursuivre la tradition jusque dans les assiettes, il faut alors se contenter de porridge et de lutefisk puisque, selon la loi religieuse, la veille de Noël est un jour de faste et d'abstinence, réminiscence de la pré-réforme. La morue a été macérée dans de l'eau avec de la lessive de potasse, ce qui lui donne une saveur incomparable et la rend très moelleuse. Traditionnellement, le lutefisk est simplement bouilli et servi avec une purée de pois cassés, des pommes de terre nouvelles, du bacon, de la moutarde et du fromage de chèvre. Dans le nord-ouest du pays, on préfère l'accommoder en brandade. Mais bien des Norvégiens s'autorisent des dérogations - tout le monde sait que la gourmandise n'est pas le pire des péchés - et préfèrent se régaler de "poules des neiges" aux échalotes, à la crème fraîche et au fromage de chèvre, de saumon et de cochonnailles.

La tradition des cochonnailles semble remonter jusqu'à Frøy. On sacrifiait toujours un cochon durant les célébrations du Joulu, pour honorer ce dieu de la fertilité. Cuit à la broche, il était ensuite partagé entre les membres de la communauté lors d'un grand banquet. C'est la raison pour laquelle, encore aujourd'hui, il est de tradition de tuer le cochon mais la façon de l'apprêter relève davantage des préférences culinaires : cochonnet rôti, porc pressé, rôti de porc servi avec du chou aigre, jambon fumé, pieds de cochon marinés. Dans l'ouest du pays, on privilégie les travers de mouton servis avec une purée de chou-rave tandis que dans l'est, on les aime grillés avec la couenne bien croustillante.

Les Norvégiens respectent fortement la tradition des sept gâteaux de Noël et se font un devoir de les faire eux-mêmes. Si, dans d'autres pays, on a l'habitude d'aller chez le pâtissier, en Norvège ce serait impensable. Le gâteau le plus représentatif demeure le "julekake", un pain sucré truffé de raisins, de zestes confits et de cardamome dont les arômes embaument la cuisine.

Krumkake (crêpes fines)
Le krumkake est une crêpe fine qu'on roule immédiatement en forme de cône alors qu'elle est encore chaude. Le mot "Krumkake" signifie littéralement "chapelure de biscuit" parce que la pâte est très friable. Servi généralement fourré de crème ou de fruits, on le retrouve spécialement durant la période de Noël.

La fête de Noël conserve le nom de Jul dont la juleøl ou bière de Noël. Dans les fermes, chacun fait sa propre cuvée mais les maîtres brasseurs vendent aussi cette bière atypique dont on retrace l'origine dans la mythologie scandinave. Inséparable de la fête païenne de Jul marquant le solstice d'hiver, on raconte que c'est Odin lui-même, le tout-puissant dieu de la guerre et de la poésie, qui a livré le secret de fabrication aux hommes. De nos jours, lorsque les Norvégiens lèvent leur verre en criant "skål" (se prononce scawl), ils reprennent la même formule que leurs ancêtres vikings qui levaient leur corne remplie de la bière "du sacrifice" durant le Joulu - les festivités dédiées aux dieux nordiques Odin, Frøy et Njord - en leur demandant la paix pour l'année à venir. Après la bière, l'aquavit est ce qui va le mieux pour accompagner le repas de Noël. On pourrait presque dire que l'aquavit, cet alcool à base de pommes de terre, est la boisson nationale norvégienne.

Si, dans beaucoup de pays, les festivités de Noël se terminent le jour de l'Épiphanie, en Norvège elle s'étend jusqu'au 13 janvier, le jour de la fête de St-Canut. Le dicton affirme: Il faut 20 jours à St-Canut pour chasser Noël.

Au menu
Noël en Norvège 1

Krumkake (crêpes fines)

Noël en Norvège 2
 
Recherche
Rechercher dans le site
Trouver
 
Recherche avancée >
Inscrivez-vous gratuitement et recevez notre infolettre offcielle
S'inscrire
 
Inscrivez vous à notre flux RSS:
Recevez des mises à jour automatiques dans votre lecteur de nouvelles.
 
S'inscrire